"Clos Centeilles, dans le Languedoc au cœur du Cru la Livinière"

Guigniers de Centeilles

A propos

Le Pinot Noir fin, qui forme la base de cette cuvée, est une variété très anciennement présente sur le sol du Languedoc, comme l’atteste l’abondante littérature viticole des XVIII° et XIX° siècles.

Aussi le Guigniers de Centeilles n’est-il pas présenté sous l’étiquette anonyme d’un « vin de cépage » mais se veut au contraire la fidèle expression d’un terroir.

Présenté en vin de pays des Côtes-du-Brian, il provient du village de Trausse-Minervois dont la vie entière était, il y a peu encore, littéralement scandée par la culture des ‘guignes’ (griottes en langue d’oc).

Le terrible vent du mois de juin, redoutable pour les pousses fragiles des jeunes plantiers, c’est le ‘vent des guignes’ (parce qu’il correspond à la période de maturité des griottes) ; la fête communale, c’est la fête des guignes ; en un mot la culture du guignier, jusqu’à une époque récente fut prépondérante dans cette commune, qui trouvait, dans la fourniture de petites confiseries locales, d’intéressants débouchés.

Aussi le griottier fait-il partie du paysage agricole et culturel de Trausse, où quelques vergers encore en exploitation, ainsi que les repousses omniprésentes d’anciennes plantations, délimitent tout naturellement de véritables terroirs à vocation viticole et arboricole.

Sa personnalité

Ma cuvée préférée est celle qui est élaborée autour du Pinot Noir Fin, les ‘Guigniers de Centeilles’. J’y retrouve le charme du raisin bien élevé, respirant la terre, et la belle signature du domaine. Je l’ai bu avec un steak de thon cuit juste ‘rosé’, bien épais, fondant comme les tanins de ce vin. Servir autour de 15°C (1h dans le bac à légumes du réfrigérateur).

‘Le Tour de France des Grands vins à Petits Prix’ Eric Mancio – sommelier du restaurant Guy Savoy.

Mariages gourmands

Un Pinot du Minervois qui s’épanouira avec un Saint-Marcellin ou un canard sauvage. A boire dans les 15 ans à 17°.

Défiler vers le haut